Ministère de la Justice
DROITS & DÉMARCHES
 
 
 
 

Mineur agressé ou abusé sexuellement

Un mineur victime d'actes de pédophilie ou d'agressions sexuelles bénéficie de protections particulières.

Actes visés

La loi punit notamment :

  • Le viol, qui suppose un acte de pénétration sexuelle,

  • les attouchements, lorsqu'il n'y a pas de pénétration,

  • les propositions sexuelles, quelque soit leur teneur, faites via internet par un majeur à un mineur de moins de quinze ans (sur un "chat", un réseau social...).

  • la corruption de mineur, par exemple si un majeur tient des propos particulièrement choquants face à un mineur, même de plus de quinze ans, lors d'échanges sur internet, un délit plus grave que la simple proposition sexuelle

  • le recours à un prostitué mineur.

Dépôt de plainte

Le mineur victime peut porter plainte lui-même. Ses parents peuvent aussi agir en son nom.

Délais de prescription

Les infractions sexuelles sur mineur bénéficient de délais de prescription allongés. C'est-à-dire que la plainte peut avoir lieu des années après les faits.

La victime de telles infractions peut porter plainte jusqu'à ses 38 ans dans les cas les plus graves notamment s'il s'agit de :

  • de viol,

  • d'attouchements sexuels commis lorsqu'elle avait moins de 15 ans,

  • ou d'attouchement commis par un ascendant, une personne ayant autorité, ou par plusieurs personnes.

Le dépôt de plainte peut se faire jusqu'aux 28 ans de la victime dans les autres cas d?infraction sexuelle.

À savoir : pour les infractions sexuelles commises sur un mineur, l'avis de classement sans suite doit être motivé et notifié par écrit.

Constitution de partie civile

Un mineur ne peut se constituer partie civilelui-même mais ses parents peuvent le faire en son nom.

Un administrateur ad hocpeut aussi être désigné à cet effet par la justice, lorsque les intérêts du mineur sont menacés par l'attitude ou la défaillance de ses parents ou tuteurs.

Le mineur peut disposer un avocat désigné d'office par le juge.

Enregistrement de l'audition

Afin d'éviter les traumatismes liés à la multiplication d'auditions, l'enregistrement sonore ou audiovisuel de l'audition d'un mineur victime est possible. Mais cela requiert son consentement ou, s'il n'est pas en état de le donner, celui de son représentant légal.

Une copie de l'enregistrement est établie. Elle ne peut être visionnée ou écoutée que les parties au procès, les avocats ou les experts en présence du juge d'instruction ou d'un greffier.

À noter : l'enregistrement et ses copies sont détruits 5 ans après la fin des procédures.

Présence d'un tiers à l'audition

L'audition du mineur peut être faite en présence d'un psychologue, d'un médecin spécialiste de l'enfance, d'un membre de la famille, de l'administrateur ad hoc ou de toute autre personne chargée d'un mandat du juge des enfants.

Obligation de signalement

Toute personne peut également faire un signalementaux autorités des abus de nature sexuelle à l'égard d'un mineur dont il a connaissance.

Le signalement est même obligatoire si la victime moins de 15 ans. Le secret professionnel ne peut être invoqué pour s'y soustraire. La non-dénonciation est un délit puni de 3 ans d'emprisonnement et de 45 000 ? d'amende.

Un téléservice dédiépermet de signaler tout contenu pédophile se trouvant sur internet (site web, vidéo...).

Assistance de la victime

Désignation d'un administrateur

Le procureur de la République (ou le juge d'instruction) peuvent désigner un administrateur ad hocpour protéger le mineur.

C'est notamment le cas lorsque les parents semblent être auteurs ou complices des atteintes sexuelles.

L'administrateur est désigné parmi les proches de l'enfant ou sur une liste de personnalités.

Il peut exercer, au nom du mineur, les droits reconnus à la partie civile.

Assistance éducative

Le juge des enfants prend les mesures d'assistance éducativenécessaires pour garantir la sécurité morale, matérielle et affective du mineur.

Assistance médico-psychologique

Le mineur victime d'une infraction sexuelle peut faire l'objet d'une expertise médico-psychologique.

Cela permet d'évaluer l'importance du préjudice subi et d'établir si des soins appropriés sont nécessaires.

Les traitements et soins médicaux nécessités par les sévices subis sont intégralement pris en charge par l'assurance maladie.

Procès et peines encourues

Procès à huis clos

En cas de procès, le tribunal peut décider que celui-ci se déroulera à huis clos, c'est-à-dire ne sera pas ouvert au public.

Viol et agression sexuelle

Le viol d'un mineur de plus de 15 ans est puni de 15 ans de prison. Les attouchements sexuels sont punis de 5 ans d'emprisonnement dans le même cas.

Si la victime a moins de 15 ans, le viol est puni de 20 ans et les attouchements de 10 ans de prison et 150 000 €d'amende.

Les peines sont également plus lourdes notamment en cas :

  • d'infraction sexuelle commise par un ascendant, une personne ayant autorité de droit ou de fait sur la victime ou abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions,

  • d'usage d'une arme,

  • ou d'infraction commise par plusieurs personnes.

En outre, une infraction sexuelle sur mineur commise à l'étranger par un Français ou une personne vivant habituellement en France est punissable par la justice française.

En cas de mise en contact par internet

En cas de propositions sexuelles à un mineur de moins de 15 ans via internet (via un chat, un réseau social...) la peine encourue est deux ans de prison et 30 000 €d'amende.

En cas de corruption de mineur via internet, la peine encourue est de :

  • 7 ans de prison et 100 000 €d'amende, si la victime a plus de 15 ans,

  • 10 ans de prison et 100 000 €d'amende, si la victime a moins de 15 ans.

En cas de viol avec une mise en contact de l'auteur et de la victime par internet, la peines est de 20 ans de prison quelque soit l'âge de la victime.

En cas d'agression sexuelle dans ces circonstances, la peine encourue est de :

  • 7 ans de prison et de 100 000 €d'amende, si le mineur a plus de 15 ans,

  • 10 ans de prison et 150 000 €d'amende si le mineur a moins de 15 ans.

27 mai 2014 - Direction de l'information légale et administrative

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques |